Le département d’art asiatique du MET (The Metropolitan Museum of Art - New York) présente la plus vieille peinture chinoise conservée

Ce n’est pas souvent que l’on a l’occasion de voir une peinture chinoise sur du papier de riz, vieille de plus de 1300 ans, et qui a pu survivre aux aléas du temps. Il s’agit du Coursier "blanc à illuminer la nuit" portrait d’un cheval impérial, peint par Han Gan (en activité entre 742 à 756) sous la dynastie Tang (618-907). L’œuvre fait partie de l’exposition « Les chef d’œuvres de la peinture chinoise » au département d’art asiatique du MET (The Metropolitan Museum of Art), qui célèbre son 100ème anniversaire. L’exposition a réuni 110 œuvres de peinture au pinceau, provenant de Chine depuis la dynastie Tang jusqu’à maintenant. Depuis son ouverture, elle a incontestablement attiré l’attention des collectionneurs comme des amateurs.

La plus ancienne peinture chinoise au MET
唐 韓幹 照夜白圖 卷 Le coursier « blanc à illuminer la nuit », peinture de Han Gan, artiste chinois en activité aux alentours de 742–756, sous la dynastie Tang (618–907), environ 750 parchemins ; encre sur papier. The Metropolitan Museum of Art. (Avec l'aimable autorisation de The Metropolitan Museum of Art)

Parmi eux, Tony Dai, un collectionneur d’art basé à New York, s’est exprimé pour Epoch Times sur les œuvres les plus signifiantes de la collection et leur importance historique. Dai mentionne que nombre de ces peintures n’avaient pas été présentées au public depuis très longtemps. Cela permet d’avoir une meilleure représentation de la peinture classique depuis la dynastie Tang à la dynastie Qing (1644-1911). Le coursier « blanc à illuminer la nuit », par exemple, a plus de 1300 ans. Peint sur du papier de riz, il est une fine représentation de la monture préférée de l’empereur Xuangzong, qui a régné de 712 à 756. Han Gan a peint beaucoup d’autres montures, ouvrant ainsi la voie à un nouveau style.

Dai explique que de nombreuses œuvres prétendues avoir été peintes sous la dynastie Tang sont en fait des copies réalisées durant la dynastie Song, d’après les spécialistes. Mais cette fois-ci, tous s’accordent à dire que Le coursier « blanc à illuminer la nuit » est bien une œuvre originale de Han Gan, ayant donc survécu depuis la dynastie Tang. Le nombre d’estampilles rouges sur cette œuvre est une indication du nombre de ses acquéreurs. L’un d’entre eux représente d’ailleurs le seau de l’empereur Qianlong qui a régné de 1735 à 1796, pendant la dynastie Qing. Il est rapporté que Qianlong avait acquis cette peinture qu’il considérait comme un trésor de sa collection. D’autres seaux, d’après Dai, proviennent d’amateurs d’art ayant vécu sous la dynastie Ming (1368-1644) et sous la dynastie Qing.

Lorsque les artistes chinois apprenaient à peindre, leur maître leur enseigner d’abord comment bien se conduire en société, avant même d’apprendre la technique.

Tony Dai, collectionneur d’art chinois

Le cheval est aussi le sujet d’un célèbre triptyque, présent à cette exposition. Chevaux et palefrenier a été peint sous la dynastie Yuan (1271-1368) par des artistes de la même famille, dont l’un est le légendaire Zhao Mengfu (1254-1322).

元 趙孟頫 趙雍 趙麟 吳興趙氏三世人馬圖 卷 Chevaux et palefrenier, encre et peinture sur parchemin, de Zhao Lin, Zhao Mengfu et Zhao Yong, réalisés entre 1296 et 1359, sous la dynastie Yuan (1271-1368). The Metropolitan Museum of Art. (Avec l'aimable autorisation de The Metropolitan Museum of Art)

元 趙孟頫 趙雍 趙麟 吳興趙氏三世人馬圖 卷 Chevaux et palefrenier, encre et peinture sur parchemin, de Zhao Lin, Zhao Mengfu et Zhao Yong, réalisés entre 1296 et 1359, sous la dynastie Yuan (1271-1368). The Metropolitan Museum of Art. (Avec l’aimable autorisation de The Metropolitan Museum of Art)

Une sélection d’œuvres de la dynastie Ming (1368-1644) compte parmi elles le Rassemblement élégant dans le jardin d’abricot, œuvre rare et célèbre du 15e siècle, décrivant avec somptueux détails la vie des nobles et des lettrés.

3.-Elegant-Gathering-in-the-Apricot-Garden-676x332

明 傳謝環 杏園雅集圖 卷 Rassemblement élégant dans le jardin d’abricot, encre et peinture sur soie (env. 1437) réalisée par Xie Huan, sous la dynastie Ming (1368-1644). The Metropolitan Museum of Art. (Avec l’aimable autorisation de The Metropolitan Museum of Art)

Le contenu de « Narcisses »

La peinture Narcisses est une œuvre qui a été largement reproduite. Il s’agit d’un parchemin entièrement recouvert de fleurs et feuillage qui se chevauchent en ondulant sous l’effet du vent. Cette peinture est aussi chargée d’une forte signification historique. Elle a été réalisée par Zhao Mengjian (1199-1264), membre de la famille impériale Song, peu de temps avant la chute de la dynastie Song du sud (1127-1279). Elle a donc été associée à la loyauté envers la dynastie en déclin.

Narcisses, encre sur parchemin, réalisée à la moitié du 13e siècle par Zhao Mengjian (1199-1264), ayant vécu sous la dynastie des Song du sud (1127-1279). The Metropolitan Museum of Art. (Kati Vereshaka/Epoch Times)

Narcisses, encre sur parchemin, réalisée à la moitié du 13e siècle par Zhao Mengjian (1199-1264), ayant vécu sous la dynastie des Song du sud (1127-1279). The Metropolitan Museum of Art. (Kati Vereshaka/Epoch Times)

Dai a aussi fait ressortir que pour les intellectuels chinois, le narcisse représente à la fois une moralité élevée et l’immortalité. Cela s’explique par le fait qu’en mandarin, ces deux termes sont des homonymes, ils ont donc la même prononciation.

La dernière galerie rend hommage à la dynastie Qing (1644-1911). Deux parchemins imposants couvrent le mur sur plus de 15 mètres de long. C’est une occasion rare de voir ces pièces appartenant à la cour impériale Qing. Elles dépeignent les voyages d’inspection de l’empereur, Kangxi (règne 1662-1722), dans les contrées sud de l’empire.

Achevés en 1698, ces parchemins ont été peints par Wang Hui (1632-1717) et ses assistants pour représenter les épisodes du second voyage de Kangxi, de Ji’nan au Mont Tai. Leur valeur ne provient pas seulement de leur mérite artistique mais aussi du fait qu’ils ont été commandés par l’un des empereurs les plus respectés de Chine.

清 王翬 等 康熙南巡圖 (卷三: 濟南至泰山) 卷 Wang Hui (1632-1717) aidé de ses assistants ont représenté en 12 épisodes la visite d'inspection de l'empereur Kangxi dans les contrées sud de la Chine. Ici, le troisième fragment de parchemin, de Ji'nan au Mont Tai. Cette œuvre a été achevée en 1698, sous la dynastie Qing (1644-1911). The Metropolitan Museum of Art. (Avec l'aimable autorisation de The Metropolitan Museum of Art)

清 王翬 等 康熙南巡圖 (卷三 : 濟南至泰山) 卷 Wang Hui (1632-1717) aidé de ses assistants ont représenté en 12 épisodes la visite d’inspection de l’empereur Kangxi dans les contrées sud de la Chine. Ici, le troisième fragment de parchemin, de Ji’nan au Mont Tai. Cette œuvre a été achevée en 1698, sous la dynastie Qing (1644-1911). The Metropolitan Museum of Art. (Avec l’aimable autorisation de The Metropolitan Museum of Art)

Le témoignage visuel du règne de Kangxi

Kangxi, le deuxième empereur de la dynastie Qing, est connu pour avoir été l’empereur le plus cultivé de Chine. Des documents historiques nous renseignent sur le fait qu’il était capable de lire dès l’âge de 5 ans et que lorsqu’il accéda au trône à l’âge de 8 ans, il devint encore plus attentif à ses études.

Son règne, qui a duré 60 ans, a apporté la stabilité au pays. La littérature chinoise et l’art ont été florissants. Il était méticuleux pour conserver des documents historiques. Cela lui a permis de recueillir ce qui est considéré aujourd’hui comme étant le plus grand dictionnaire à ce jour – le dictionnaire Kangxi. Il entreprit également de nombreuses visites à travers l’empire, qui lui ont permis de stabiliser le règne mandchou à travers le pays, tout en étendant les frontières de la Chine.

Marcher le long de cette représentation du second voyage, voir ces scènes sous forme de séquences presque cinématographiques, c’est une expérience émouvante.

Un des fragments de parchemin qui est exposé nous donne un aperçu du voyage de l’empereur ; il fait partie d’un ensemble de 12 rouleaux, qui est un véritable témoignage visuel du règne de Kangxi. Sur ces peintures, la société y est représentée comme étant harmonieuse et bien ordonnée.

Marcher le long de cette représentation du second voyage, voir ces scènes sous forme de séquences presque cinématographiques, c’est une expérience émouvante. Imprégnée de sérénité et d’ordre, elle invite le spectateur à pénétrer un monde, dont l’activité a été remarquablement reproduite, avec force détails et couleurs. Par rapport aux œuvres des siècles précédents, la différence d’usage des couleurs contraste fortement.

Dans l’ensemble, l’exposition est une invitation irrésistible à connaître davantage la culture chinoise traditionnelle car, selon Dai, « pour tenter de comprendre la peinture chinoise, il faut comprendre également la culture chinoise. »

« Lorsque les artistes chinois apprenaient à peindre, leur maître leur enseignait d’abord comment bien se conduire en société, comment être éduqué, avant même d’en apprendre finalement la technique », rappelle Dai. « Donc quand vous regardez une peinture chinoise ce n’est pas seulement l’aspect technique qui vous touche ; c’est l’histoire, la culture traditionnelle chinoise et la moralité issues de ces œuvres qui vous touchent. »

« Les chef d’œuvres de la peinture chinoise » resteront visibles au public du MET (The Metropolitan Museum of Art) jusqu’au mois d’octobre 2016.

Source : The Epoch

Version anglaise : The Oldest and Most Important Chinese Painting Masterpieces at the MET

Vues : 318

Commenter

Vous devez être membre de CULTURE-BIS pour ajouter des commentaires !

Rejoindre CULTURE-BIS

Membres

Billets

Bertrand Ferrier chante Mama Béa Tekielski à la librairie Publico le 15/03/2024

Publié(e) par Shadow le 26 février 2024 à 19:09 0 Commentaires

« Les femmes auront des noms de fleur » Bertrand Ferrier chante Mama Béa Tekielski pour le Mars féministe de la librairie Publico avec Sébastyén Defiolle et Claudio Zaretti, guitares En bref Portraits de femmes, cris de révoltes, chansons d’espoir – un voyage dans le répertoire bouleversant de Mama Béa Tekielski. En un peu moins bref Les musiciens…

Continuer

Info Spectacle Musical : MADEMOISELLE MAYA EN UT INTEGRAL

Publié(e) par Shadow le 11 décembre 2023 à 22:30 0 Commentaires

Une immersion en profondeur dans le tendre et rieur petit salon personnel de Mademoiselle Maya !
 
Sans palme, sans tuba, sans hypnose, ni substances illicites, Mademoiselle Maya vous propose de plonger avec elle pour un voyage inoubliable en 1900 et…
Continuer

MYSTER EZIN au Centre Culturel Blaise Senghor, Dakar, 2/12/2023

Publié(e) par Shadow le 29 novembre 2023 à 12:26 0 Commentaires

Spécialiste des musiques populaires et contemporaines à Aix-Marseille Université, Myster Ezin a franchi le pas l'été 2022 en devenant artiste. Originaire du Bénin, l’artiste a fêté la sortie de son premier album ’Espoirs’ sur la scène du Direction Jeunesse - le Repère à Aix-en-Provence le 15 octobre dernier. Il s’agissait de…
Continuer

Concert 'CHANTER ENSEMBLE'

Publié(e) par Shadow le 20 novembre 2023 à 13:11 0 Commentaires

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2024   Créé par Culture-bis.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation