CULTURE-BIS

Ressourcerie des arts, des langues & de la culture

"LE GANG DES TROIS NEZ TOUT BAS" 2 Allan Tom Trau

 

ATT : Sous l'aile protectrice des entités matricielles, mon fer détrempé migre dans ton regard de glaise.

Le Sémillant : Les mots-soldats proclament l'annexion des corps. Étendue dans du mauvais sang, Parabola "la Belle" froufroute sa crème à toutes les dents creuses de passage. Mentalement elle m'im-pose de me fixer derrière elle, " et que ton œil cause à mon herbe rase! ".

Le Tapotin Eulenburg : Pourrrrrrrrrceaux qui depuis longtemps n'éprouvent plus le besoin d'uriner sur les chiens affamés, mais se cachent dans les beaux quartiers afin d'y relire splendeur et misère des courti-sanes, je m'imagine fondre dans leur bouche.

Le Gentil Mickey : S'agissait-il d'une femme ou plus banalement d'une caisse à outils? Par affinité, je me la suis faite polissonne. Deux jours que nous étions enfermés dans ce mouroir. Circulation alternée, une narine après l'autre, l'oxygène se faisant rare, la poudre abondante. Nous dérapions à chaque pas, sans oser emprunter l’ascenseur, les yeux dans les yeux, à qui aura le dernier mot, l'ultime parole, froi-de et bleue. Attendant de retrouver un taux d'amylases acceptable pour se tirer au plus vite.

ATT : La main des sources; moelle bouillie du sexe vertébré, toutes ailes déployées, couvre de sa soie mouillée l'artillerie qui tonne et foudroie

Mad'Mozelle : Cette nuit-là ils dormiront sous plusieurs couches de couvertures étalées à même le sol. Piratage des codes d'accès. L'introduction frauduleuse et virale instruit la traque de mots-membrés s'inventant des corps sans filiation biologique.

Le Tapineur Austère : Selon le diagnostique des prêteurs sur gage, la folies se complait à être une candidate perpétuelle au malheur. Depuis notre séparation, l'oiseau lyre me harcèle du souvenir de nos amours.Ce lien spirituel restera notre part commune. Avec discernement, maintenant que le temps est passé, je laisse parler ma main sur le corps du délit : Coups de feu, décharge sauvage, cruelle libéra-tion.Tu ressurgis au col de mes vallées. J'aspire au débordement. Il ne me reste qu'un oeil pour te voir mourir.

ATT : Que tu ne/ Que tu ne m'aimes/ Que tu ne m'as jamais aimé qu'à l'instant de notre séparation. Mon temps appartient à la duplicité, aux contrariétés de l'âge, à la course à l'argent, aux cris d'un en-fant en quêtes de parents, aux loisirs, à la plainte, à la promotion d'un rendement à deux chiffres capa-ble d'endormir la méfiance des petits porteurs, à cette formule encore vierge du cheminement vers cet autre qui attend patiemment la traversée de la mort afin d'en évaluer la durée.

           

           

Vues : 9

Commenter

Vous devez être membre de CULTURE-BIS pour ajouter des commentaires !

Rejoindre CULTURE-BIS

Badge

Chargement en cours…

NOS SERVICES

WIKISCRIBE :

Créez et éditez facilement vos pages Wikipedia.

Membres

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2018   Créé par Culture-bis.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation