CULTURE-BIS

Ressourcerie des arts, des langues & de la culture

        

 

                                                                 A l'aube

 

                       Germe le grain

                       sous l'ivoire de la dent .

 

                                                         °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                      Deux heures durant

                      Immobile

                     Cœur battant parmi

                     les choses, entouré par les mots.

 

                                                         °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                                               T'oublier

                   te retrouver

                   Farouche escapade

                  du regard qui ne dit pas contre l'amour

                  mais écrit son temps

                  aux pas de danse

                  d'une  mystérieuse raison.

 

                 Son ample feuillage

                 filtre la lumière qui

                attire le silence de tes lèvres sur les miennes

                la fermeté sonore des accords justes

                le délié de tes doigts sur mon attente rêvée.

 

 

                                                       °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                 L'arbre érigé à la croisée des chemins

                marque l'ombre qui nous reçoit.

 

                Fleurs aux quatre soleils

               de mes saisons frugales

 

               Le manteau prestement jeté sur tes épaules

               fourrure de nuit

               quart de visage

               roulé au col des sommets.

 

                 

                                                                °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                  Quand ta langue bleue fouette et perd mon rire.

 

              Collier de perles sur tes seins timides ,

              j'épuise mes yeux à ravir ton éclat aux étoiles.

 

                     

                                                               °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

               Tu viens de passer sur la grand route.

                Reconnaissable entre toutes,- ta voiture bleue marine .

                Derrière les vieilles vitres vermoulues, à l'abri de l'

                hiver,  me protégeant du froid, je persistais; les

               doigts collés par le givre, à dessiner les mots précieux

               de ma réponse.

 

                                                               °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                                             Secret ( titre épargné)

 

                Les merles fouaillent sous les feuilles brunes de l'Automne.

               Un soupçon de terre me roule sur le côté.

 

 

               Ton chant aigu

               à la moindre alerte

               couronne le vent des sables.

 

                                                                °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

               La vague encouragera plusieurs générations

              d'hommes à mourir

              puis à renaître

              dans l'obscurité de mes roches.

 

             Les aveugles soupirs mâcheront les herbes

             jaunies par les soleils éblouis

            des hivers vaincus.

 

             Apparaîtra sous le feu des métaux d'argent et de bronze

             la langue des premières écumes.

 

                                                                  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

              

 

              

                Sur le chemin affleurent les nœuds des racines.

                Fantassins cueillis par l'aurore,

                les coudes rongés par les pluies d'orage.

 

                Dans l'obscurité de la terre,

                les racines des grands arbres croisent

                et bousculent l'imagination des hommes.

 

               Quelle guerre ici n'a de cesse de clamer son arrogance ?

 

                                                                  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                 Ta nuque sur laquelle s'esclaffe l'eau vive.

 

                                                                  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                                               Vers l'abolition des lois

 

                Penser maintenant la biographie de l'arbre

               quand le visage ensoleillé du paysage

               draine la muette résignation.

 

                                                                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                              Langues sculptées par la sagesse des buis

 

               Mes lignes blanches calquées sur les corps

               dessinent la respiration « à pas comptés »

               de mes amours.

 

                                                                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                                 Des verges assassines me voilà armé

               Souffle carmin

 

               La fleur de merisier rôde ce matin

              dans l'intimité de ma mort.

 

                                                                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                                     Promenades tranquilles, apaisées,

               mains invisibles

               baisers à l'amour soupirés

               cheveux de sable en prière.

 

                                                                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

               Que les dieux reprennent les armes

               et réveillent l'hiver de leurs grands galops fougueux. 

 

              Tandis qu'aux abords de la chambre, je fouette-

               rai avec les branches nues des saules mes fantômes aux aguets.

    

                                                                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                                                Soir vert sur la plaine

 

                                 Orphelin de la Montagne

                où les plaisirs s'effeuillent

                comme la fatigue s'étale.

 

                                                                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                                                    La scène polyphonique des siècles

 

                Prestement je remonte les bretelles de l'exclamation, et retourne dans les coulisses où le                       Spectacle reprend ses droits.

 

               Comment désormais vivre à la rencontre de l'erreur ?

Vues : 21

Commenter

Vous devez être membre de CULTURE-BIS pour ajouter des commentaires !

Rejoindre CULTURE-BIS

Badge

Chargement en cours…

NOS ANNUAIRES

Ecoles Internationales Vol.1

(affiliées au Council of International Schools - CIS)

WIKISCRIBE :

Créez et éditez facilement vos pages Wikipedia.

Membres

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2018   Créé par Culture-bis.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation