CULTURE-BIS

Ressources des arts, des langues & des cultures étrangères

Le jardin russe de Chaumont-sur-Loire où comment les datchas vont sauver le monde...

Chaque année, les organisateurs du Festival international des Jardins de Chaumont ne retiennent que 24 des 300 candidatures de paysagistes du monde entier souhaitant créer leur jardin au domaine de Chaumont-sur-Loire. En 2016, une équipe d’architectes russes participera à l’événement, aux côtés de confrères français, belges, britanniques, italiens et chinois. Le Courrier de Russie a interviewé les heureux lauréats ainsi que la directrice du domaine, Chantal Colleu-Dumond.

Le jardin du siècle à venir vu par les Russes / Archstoyanie teamLe jardin du siècle à venir vu par les Russes. Crédits : Arkhstoyanie team

« Cultiver en France des tomates de Toula : ça, c’est de la mesure anti-sanctions ! »

14 - AI_Image4_opt

Anton Kotchourkine, fondateur du cabinet d’architecture moscovite 8 lines, concepteur du jardin russe pour le Festival international des Jardins :

« C’est à l’été 2005 que j’ai visité pour la première fois le domaine de Chaumont-sur-Loire, qui accueille le Festival des Jardins – et j’ai éprouvé une pure extase. C’est un lieu où l’art contemporain se marie à merveille à l’art du paysage. J’ai beaucoup aimé aussi l’idée de ce parc qui évolue tous les ans. Et je me suis dit qu’il fallait absolument que je participe au festival. J’ai donc lancé un appel parmi mes amis, et j’ai rencontré Anna Andreeva, qui possède une solide expérience en architecture du paysage : c’est elle qui, en 2013, a totalement réaménagé le quai de Crimée à Moscou, qui est aujourd’hui devenu l’un des lieux de promenades favoris des citadins et des visiteurs.

Nous avons travaillé ensemble pendant un mois à la conception du jardin russe pour Chaumont, et le projet a été sélectionné par les organisateurs. Nous ne nous attendions absolument pas à cette victoire. Ce sera la toute première présentation de notre équipe à l’étranger. Nous sommes particulièrement heureux de participer à cet événement, car nous avons avec la France des liens de coopération culturelle très étroits : le festival de land art Arkhstoyanie, que nous organisons depuis 2006 dans la région de Kalouga, accueille chaque année des artistes et des architectes français.

Pour Chaumont, nous avons élaboré un concept d’edible garden, ou « jardin comestible », qui correspond au thème général de l’événement : le jardin du siècle à venir. Le projet développe trois grandes idées. Tout d’abord, il s’agissait d’évoquer le thème des sanctions et de l’embargo alimentaire. Nous prévoyons notamment d’apporter en France des graines de tomates de Toula pour les planter dans notre jardin – dans un terreau français. C’est notre réponse aux sanctions !

Ensuite, nous voulions parler de l’histoire de l’architecture du paysage en Russie, et plus précisément de l’utilisation de cultures potagères à des fins décoratives. C’est une vieille tradition russe que nous-mêmes redécouvrons aujourd’hui. Le comestible peut aussi être beau – et inversement.

Enfin, le projet veut représenter la Russie elle-même. Notre jardin sera une Russie épicurienne, une steppe décorée de serres. La majeure partie du territoire de notre pays est couverte de plantes de la steppe : lavande, camomille, stipe… Nous avons donc introduit cette végétation dans notre jardin. Et au milieu de cette flore, nous installerons de petites serres de cultures comestibles. La Russie possède d’immenses territoires vierges, mais plutôt que de les cultiver, les Russes se réfugient dans leurs minuscules datchas. Notre jardin de Chaumont veut mettre en lumière ce contraste entre l’immense et le très petit.

Nous accorderons aussi une place à l’architecture sonore. Chaque serre aura sa musique, créée par le compositeur russe Vladislav Sorokine. Ce sera à la fois un jardin très simple et une œuvre d’art. »

Le jardin Russe pour Chaumont / Archstoyanie teamLe jardin russe pour Chaumont. Crédits : Arkhstoyanie team

« Les datchas pour sauver le monde »

14 - AI_Image5_optAnna Andreeva, architecte paysagiste, associée du bureau moscovite Alphabet City :

« Notre projet s’inspire des datchas russes. La datcha est un de mes souvenirs d’enfance les plus agréables. Et elle demeure aujourd’hui, pour moi, un lieu de découvertes et d’expérimentation permanentes. D’abord, la datcha est multifonctions ! Vous pouvez utiliser votre parcelle de terre pour cultiver des fruits et légumes de saison, mais aussi pour y vivre, y travailler ou vous y reposer. Autrefois, tout le monde avait une datcha en Russie, et les gens s’y rendaient régulièrement. Mais ce n’est plus le cas. Pourtant, nous sommes certains que la datcha russe n’a pas dit son dernier mot. Elle correspond à merveille au concept du jardin de l’avenir. Dans les années 1990, au moment de l’appauvrissement général de la population, les datchas ont sauvé les Russes. Et peut-être sauveront-elles encore une fois le monde !

La datcha que nous sommes en train de construire en France s’installera sur une parcelle de terre entièrement couverte de ronces, parsemée seulement de quelques serres pour en rappeler la vocation. Nous avons recréé sur ce terrain une végétation typique de la Russie : des molinies alternant avec du trèfle, de la millefeuille, de la sauge… C’est la reconstruction d’une steppe avec des fleurs de datcha : asters et cosmos. Et pour restituer la sensation d’un champ sauvage, nous avons planté beaucoup de pois de senteur.

Vous verrez aussi une baignoire servant de pot pour des pâtissons – mes parents les plantaient toujours comme ça à la datcha. Les Français m’ont proposé d’installer un beau jacuzzi rose, mais j’ai refusé : quand j’étais enfant, il n’y avait ni jacuzzi, ni même de baignoires roses ! »

Le jardin Russe pour Chaumont / Archstoyanie teamLe jardin russe pour Chaumont. Crédits : Arkhstoyanie team

« Cueillir des tomates ou des fraises tout autour »

Борис Кондаков_opt

Boris Kondakov, architecte, coordinateur du projet Edible garden :

« Dans le milieu des architectes du paysage, les Français sont hors concurrence, alors que les noms russes apparaissent seulement. J’ai été étonné de voir qu’en France, les anciens domaines sont toujours habités, valorisés, comme un parc Gorki de Moscou en pleine campagne ! C’est un rapport au patrimoine qui nous manque encore.

Notre équipe a une approche du design des territoires minimaliste, dématérialisée, nuancée. Comme ces fines structures métalliques peintes en blanc, qui incarnent le souvenir des datchas. Notre jardin invite à revivre l’expérience d’une datcha soviétique. Nous nous inspirons également du style minimaliste japonais.

Nous y avons aussi installé des meubles soviétiques des années 1960, des chaises et des fauteuils trouvés sur le site leboncoin. Ainsi, les visiteurs pourront s’asseoir confortablement, écouter de la musique et cueillir des tomates ou des fraises tout autour. »

Le domaine de Chaumont-sur-Loire / DRLe domaine de Chaumont-sur-Loire. Crédits : DR

« Le projet russe est très intéressant »

Chantal-Colleu_opt

Chantal Colleu-Dumond, directrice du domaine de Chaumont-sur-Loire :

« En 2016, le Festival international des Jardins fête ses 25 ans. Au cours de toutes ces années, plus de 700 jardins y ont été créés.

C’est un lieu d’expression pour les artistes du monde entier. Cette année, nous avons sélectionné des participants de Singapour, de Chine, de Grande-Bretagne, d’Italie, de Belgique… Le monde entier est présent à Chaumont.


Les idées de cette année correspondent à des tendances de fond de l’univers du jardin : le côté festif et le côté écologique y sont indissociables.

Le projet russe est un jardin très intéressant, car composé à la fois d’une sorte de prairie centrale et de très jolies serres qui la structurent. C’est un jardin comestible mettant en valeur de nouvelles techniques de culture, comme la permaculture. Il a un côté pédagogique, permettant d’expliquer aux gens que l’on peut cultiver autrement, en utilisant des mauvaises herbes qui ne seront pas détruites, des lits de paille qui renouvellent naturellement l’humus et n’épuisent pas la terre. Ce projet est parfaitement en phase avec le thème du jardin de l’avenir : l’humanité doit réfléchir à sa façon de se nourrir, car nous sommes de plus en plus nombreux sur la planète et nous devons respecter l’environnement en cultivant de façon plus responsable. Les architectes russes traduisent ces idées dans leurs projets. »

Le Festival international des Jardins se tiendra au domaine de Chaumont-sur-Loire du 21 avril au 2 novembre 2016. Plus d’informations : www.domaine-chaumont.fr

Vues : 7

Commenter

Vous devez être membre de CULTURE-BIS pour ajouter des commentaires !

Rejoindre CULTURE-BIS

Badge

Chargement en cours…

NOS SERVICES

DUPLISOLUCE :

Recevez chez vous vos CD/DVD/CD-R dupliqués en finition pro à-partir de 15 exemplaires.

POSTOCLOCK :

Affichez-vous sur les réseaux sociaux de Culture-bis,

tous les jours à heure fixe pendant 3 semaines.

Membres

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2017   Créé par Culture-bis.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation